Béton armé : kézako ?

Dans le secteur de la construction, notamment celle de grande envergure, le béton armé est le matériau privilégié par les architectes et ingénieurs. Pourquoi ? Il possède des performances mécaniques exceptionnelles qui lui confèrent plusieurs domaines d’application, des petites maisons aux ponts, en passant par les immeubles de plusieurs étages. La raison est son procédé de fabrication, donc sa composition.

De quoi se compose ce matériau ?

La préparation du béton armé nécessite deux ingrédients, à savoir du béton basique ou du béton prêt à l’emploi (pour une question de rapidité) que l’on coule ou moule ensuite sur des barres d’acier soudé, aussi appelées ferraillages. Afin de solidifier l’ensemble, il est important de bien laisser le béton adhérer au métal pour ne constituer au final qu’un tout supportant les fortes tractions ou pressions auxquelles il va être soumis. Auparavant, on utilisait de l’acier lisse et doux. Mais, les progrès dans le secteur du bâtiment ont permis de développer des aciers haute adhérence avec une plus grande résistance mécanique.

Pourquoi les ferraillages et le béton donnent-ils du béton armé ?

Pour répondre à cette question, il faut d’abord se tourner vers le béton qui possède une résistance à la compression de l’ordre de 1000 kg par cm², mais non à la traction. Cette dernière qualité requiert donc l’ajout d’un « squelette », c’est-à-dire, une armature interne. L’acier est le métal tout désigné du fait de sa résistance à la fois à la compression et à la traction.

Marier le béton à des ferraillages en acier permet ainsi d’obtenir du béton armé qui possède des propriétés lui conférant la solidité essentielle pour supporter toutes sortes de pressions.

Cependant, la disposition des barres d’acier doit se faire avant tout en identifiant les zones fragiles du béton pour qu’elles puissent compenser sa faiblesse face à la traction. C’est la raison pour laquelle le dallage d’un béton armé commence par la pose du treillis (tiges d’acier soudées entre elles) suivi du coulage du béton de façon à ce que ce dernier le recouvre complètement.

Pour quels usages s’adresse le béton armé ?

Le béton armé possède de multiples usages qui sont regroupés dans les travaux de maçonnerie, dans les ouvrages qui nécessitent ses résistances à la traction et à la compression. Pour ces mêmes qualités, on le privilégie aussi dans le génie civil.

D’ailleurs, le béton armé est souvent directement fabriqué sur le chantier en coulant du béton dans un coffrage qui a été équipé à l’avancede ferraillages. Dans ce type de conception, on préfère généralement le treillis soudé ST25C, le ST50 ou le treillis PAF10 afin d’avoir un dallage de bonne qualité. Pour faciliter la pose et accélérer les travaux, il se peut aussi que le béton armé soit préalablement fabriqué hors du chantier, dans une usine spécialisée (ex : béton armé en flexion, béton précontraint, etc.). Cela lui confère plus de résistance mécanique grâce à séchage plus long.

Par ailleurs, le béton armé est employé dans plusieurs réalisations telles que les poutres, les poteaux, les murs de soutènement, les fondations et bien d’autres usages comme les exemples cités ici.

Leave a comment