L’oranger du Mexique, ce magnifique arbuste pour rehausser la beauté de votre jardin

L’oranger du Mexique est un arbuste parfumé à feuillage persistant et à fleurs blanches. Le jardin bénéficie d’une touche particulière par sa présence en isolé, en massif ou en haie. Utilisé surtout comme plante ornementale, son nom vernaculaire lui vient de sa floraison printanière qui rappelle celle de l’oranger.

Un arbuste venu d’ailleurs

Originaire d’Amérique centrale, l’oranger du Mexique comprend un certain nombre de variétés dont :

  • Sundance au feuillage doré,
  • Goldfingers au feuillage jaune,
  • Moondance au feuillage vert foncé,
  • Aztec Pearl au feuillage élégamment découpé
  • White dazzler au feuillage blanc.

L’espèce la plus répandue dans nos jardins est le Choisya ternata aux feuilles regroupées par 3, luisantes, de couleur vert sombre, tirant parfois sur le jaune doré. Son nom fait référence à ses feuilles trifoliolées.

Bien acclimaté dans les pays tempérés, cette plante supporte toutes les expositions et les températures descendant jusqu’à -15°C. Il apporte une note de verdure tout au long de l’année et son aspect est enjolivé par les nombreux bouquets de fleurs blanches qui le parsèment. La précaution qu’il faut prendre pour éviter qu’il ne dépérisse sous les latitudes qui ne sont pas les siennes, est de ne pas l’exposer aux vents froids. Vous pouvez aussi le protéger à l’aide d’un paillis.

Une plante qui flatte les sens

Plante rustique de la famille des Rutacées, sa période de floraison est en avril-mai avec une remontée en septembre. Les feuilles froissées dégagent une odeur qui ressemble beaucoup à celle de la fleur d’oranger. Semblables au pois de senteur, les grappes de fleurs blanches de l’oranger du Mexique dégagent, elles aussi, une odeur parfumée très prisée par les papillons et les autres insectes butineurs.

Ainsi les yeux sont émerveillés par le chatoiement du vert des feuilles à quoi contraste le blanc des fleurs tandis que l’odorat est agréablement imprégné par les senteurs qui émanent des feuilles et des fleurs.

Disposé de façon judicieuse dans le jardin, sur la terrasse ou dans un pot, l’oranger du Mexique rehausse incontestablement la beauté du jardin. Non seulement du fait de son caractère exotique mais aussi, et surtout, du fait de l’esthétisme qu’il dégage.

Culture facile, entretien simple

Plante très rustique, l’oranger du Mexique se plante sous une exposition ensoleillée – il supporte la mi-ombre – dans une terre légère bien drainée de pH neutre. Le printemps et l’automne sont les périodes qui se prêtent le mieux à la plantation de l’arbuste. Il suffit alors de creuser un trou deux fois plus grand que la motte en mettant tout au fond de l’engrais ou du compost. Lors de la mise en terre, le collet doit être au niveau du sol, puis il faut combler le trou et bien tasser au pied. Arrosez alors copieusement.

Pendant les premières semaines qui suivent la plantation, il faut arroser régulièrement pour éviter que le sol ne s’assèche. Vous veillerez alors à faire un paillage du pied pour retenir l’humidité. Il faut penser à l’arroser par temps chaud et sec.

L’arbuste ne demande pas une taille systématique. Il y a juste à couper certaines branches trop vieilles, mais il ne faut entreprendre la taille que juste après la floraison de printemps.

L’oranger du Mexique peut dépasser les 2 mètres de hauteur et autant pour l’étalement. Son bord arrondi peut être entretenu par quelques gestes de taille. Sa multiplication ne demande pas de compétence particulière car la meilleure technique est le bouturage.

Leave a comment